Le crâne ancestral

Forum & Blog collectif

Le forum où l'on parle de tout et de rien, littérature, poésie, musique, photographie, éthnologie, sociologie, politique, science, religion, darwinisme etc.

You are not logged in
Liste - Nouveau sujet - Recherche - - -

Deux poèmes©

Romain HENTZY 

publié le 11 March 2010 17:58 de 90.26.240.[...]
   

Je suis d'hiver©

Saison tu oublies nos cœurs
Hiver quand reviendras-tu encore nous fatiguer ?
Saison sans lumière pourquoi es tu si longue ?
Les enfants dans la nuit dorment comme des loirs
Hiver tu es trop long
Hiver tu m’apprends à mourir en décembre
Et les lilas en été ont peur de ton gel
Hiver des martyrs hiver des lugeurs
Où vont les rivières quand elles sont glacées ?
Hiver hiver les oiseaux te chantent encore
Hiver avant le printemps où se confondent les corps
Hiver saison des neiges passantes ou éternelles
La poésie en hiver fait de moi un puissant chevalier
Hiver je t’aime quand le rouge est sur le blanc
Et que rougit Nicolas le partisan
Hiver avec toi je suis couvert
Je ne me méfie peut-être pas assez de tes dangers
Hiver hiver dans mes bras elle s’est logée
Hiver hiver ce matin les étrangers
Hiver dans la lune les étoiles se meuvent
Et quand reviendras-tu me donner tes baisers
Hiver hiver quand rougit Nicolas en silence
Hiver quand tout est amour alentour hiver qui es tu ?
Hiver les marmots sont au chaud et les filles près de moi
Hiver hiver les hameaux sont aux portes du rêve
Hiver j’ai trouvé mon idéal en m’habituant à toi
Hiver quand reviendras-tu, dis, quand reviendras-tu ?
Hiver saison de mes amours saison de quelques deuils
Hiver quand même la neige comme un linceul
Hiver les jours sans lui sont aussi beaux
Hiver mon grand Amour est quelques part dans mes bras
Je suis la neige et je suis le vent
Je suis la tempête et je suis l’orage
Je suis la grêle et je suis le soleil
Je suis le brouillard et je suis l’eau de pluie
Je suis le père noël et je suis loin d’ici
Je suis un ange aux ailes noires
Je suis un enfant aussi qui veut toujours de l’espoir
Je suis une barque pour un naufragé
Je suis l’océan et je suis un ruisseau
Je suis la Terre entière je suis tout l’univers
Je suis une étoile et je suis le cosmos
Je suis un jardin et je suis un livre
Je suis un poète et je suis un poème
Je suis une école et je suis un professeur
Je suis un marchand et je suis un ébéniste
Je suis suis-je suis tant de choses encore
Je suis-je suis tant de choses aussi
Je suis une vallée ou les chevaux butinent
Je suis un bassin où sifflent les dauphins
Je suis un musée qu’on visite quand on veut
Je suis une horloge et je suis le soleil
Je suis comme toi mon frère je suis comme toi mon amour
Je suis comme toi inconnue je suis comme vous marins téméraires
Et je suis en été quand vous êtes en hiver
Je suis un jardin et je suis une rose
Je suis une musique et je suis une cascade
Je suis un cactus sans épine et je sais que tu t’y frottes
Savez-vous que la pollinisation se fait aussi par les chauves-souris ?



Prose du matin©

Eh bien déserteur ou partisan peut-être les deux
Dans cette guerre politique de fumiers et haineux
Je cherche à la campagne le maquis la Résistance
Et pose sur le papier mots bleus et puis stances

Je joue de la guitare sans oublier Brassens et Renaud
Je porte le foulard et j’ai trouvé les anneaux
Je rencontre ailleurs des âmes qui n’oublient pas la guerre
Et pour longtemps je me mets à cultiver la Terre

Jean Moulin en orbite embellit pour nous les étoiles
Et nous ne serons pas fusillés au petit matin
A moins que par malheur la Liberté mette les voiles
Alors dans ce cas il nous restera l’art entre les mains

Je fais des heures noires des tableaux des peintures
Je colore le bois et évite pour le moment les ordures
J’écris comme ça me chante et je chante mes proses
Ce sont l’alchimie et la magie possibles que j’ose

Au petit jour je partage avec le ciel l’apparition du soleil
Et le soir tandis que je fume je sais que je veille
Qu’elle a été dure la guerre qu’elle est lointaine la Libération
J’avance dans le Temps avec les sourires de ma petite passion

Nous irons sous un parapluie de toile esquiver les adieux
Je verrai dans tes yeux les messages des cieux
Près de mon arbre je t’inviterai à un nouveau voyage
Nous serons les pionniers de la sagesse des âges

Un jour qu’il fait sommeil nous irons nous baigner
Un jour qu’il fait soleil nous irons nous embrasser
Un soir sous la lune montante nous danserons
Un soir que les enfants dorment nous nous marierons

Alors juste pour la vie et peut-être pour quelques éternités
Nous serons les hôtes amoureux d’une ville embaumée
De lilas et de roses, et d’encens venu des Indes
Qui feront de leurs fumées dans le ciel d’autres limbes

Elsa tu sais quand l’améthyste à dévalé la pente
J’ai pensé que tu avais dû rencontrer quelques mélodies
Que je t’envoyais par les airs pour que tu les ressentes
Et qu’elles t’accompagnent en mêlant simplement nos vies…



  |