Le crâne ancestral

Forum & Blog collectif

Le forum où l'on parle de tout et de rien, littérature, poésie, musique, photographie, éthnologie, sociologie, politique, science, religion, darwinisme etc.

You are not logged in
Liste - Nouveau sujet - Recherche - - -

Mon ange

Sergent Major 

publié le 25 January 2009 12:38 de 86.213.204[...]
   

Mon Ange...




Nous croisons Birelli mais là pas de chance
Il n'y a plus de place pour le concert de ce soir
Ne nous reste plus qu’un morceau de Romance
Ce Morceau qui s'appelle « Tes yeux noirs »


J’ai ta main dans la mienne et l’espoir
Et la mitrailleuse à l’épaule un rossignol
Pour t’inviter à la transe d’une histoire
Qui raconte qu’on est gentils z’ont eu du bol


J’ai ta voix dans les veines « chut silence »
Je crois bien qu’on nous surveille pourtant
Qu’ont-ils à nous épier pour quelque semence
Glanée si haut puis semée hors des rangs


Au ruisseau réapparu nous arrive emballé
Un cadeau de Provence et puis quelques olives
En hissant le drapeau je plante un oranger
Et accueille les marmots qui seront leurs convives


Guevara est en lisse et Pimprenelle chez Morphée
Ce sont les draps qui glissent avec la tramontane
Et le mistral qui se lève enfin du côté des Adrets
Avec le soleil au zénith pour l’exil... Oh ma catalane !


Si l’indien nous esquisse c’est qu’ils sont sauvés
Mayas et Kogis et puis les chants et comptines
Si la lune est un croissant c’est qu’au petit déjeuner
Seront calme l’océan et plus indulgente la Chine


Puisque dorment les mômes et veillent les sages
Puisque chantent les philosophes d’Afrique
Et que les spectateurs sortent de leurs cages
Soyons au firmament ce que nous promet la musique


Porteurs de chiffons rouges aux heures annoncées
Et puis rhéteurs habiles en songes et en caresses
En chantant faiseurs des tables rases du passé
Et pourquoi pas hippies voyageurs aux mille adresses


Regagnons la Babylone promise quand Venise onirique
Souffle à tes pas qu’elle précède un million de roses rouges
En pétales disposées sur les chemins anthologiques
Qu’illumine une Olympe quand tes lèvres qui bougent


S’en remettent gentiment aux nymphes et aux elfes
Leur demandant ce que naguère de la poésie
Disait un Baudelaire rimeur de lignes sans griefs
Voyant en elle sa fidèle muse et sa savoureuse Patrie...


Mon ange

Charlie 

publié le 03 July 2009 15:05 de 90.33.176.[...]
   

http://www.deezer.com/track/191543



  |