Le crâne ancestral

Forum & Blog collectif

Le forum où l'on parle de tout et de rien, littérature, poésie, musique, photographie, éthnologie, sociologie, politique, science, religion, darwinisme etc.

You are not logged in
Liste - Nouveau sujet - Recherche - - -

Lettre à un curé de village

Grégor Harnikan 
publié le 02 January 2002 18:28 de 62.147.9.1[...]
   


C'est un peu pathétique et vachement personnel mais Yves insiste.........


Lipsheim, il neige en décembre 2001

Cher Monsieur le curé.

J'ai lu avec beaucoup d'intérêt votre mot dans les Echos de Lipsheim. Aussi je me permets de vous adresser cette lettre.
Votre mot fait preuve d'une verve singulière c'est certain, mais ce qui me touche avant tout c'est votre lucidité. Combien dans ce village de peut-être 3000 mille âmes connaissent les problèmes liés à la mondialisation ? Combien connaissent et savent quelles sont les sources saines de l'information ? Avec vous, peut-être cinq ou entre dix et vingt guère plus, à grande échelle.. combien sur la population mondiale ? Quel travail de titan se serait : apprendre au gens à mieux acheter, mieux s'informer, leur crier de jeter leur télévision par la fenêtre etc. Pour ces petites gens c'est peine perdue voyez vous, il faut miser sur la jeunesse toujours, aérer ces racines à l'homme. Mais l'économie n'épargne personne, et les enfants ne sont déjà plus des enfants mais des futurs consommateurs. Nous ne créons plus l'humanité. La dimension qui permet de crée de l'humanité s'épuise en distraction, cette machine c'est l'imagination. Et l'enfant grandit dans un monde de plus en plus uniforme, un univers télépensé, si nous laissons l'imagination de nos enfants entre les mandibules téléguidées des ordinateurs et de toute autre technologie castratrice il est très certain que cette imagination ne s'en trouve altérée ; alors qui pour repenser le monde ? Tout à chacun nous devons corrompre en nous cette part enfantine cette dimension pour nous soumettre à l'adulte et à son monde, personnellement j'ai su préserver certain de ces ponts et certaine nuit je l'ai emprunté pour repenser le monde. Que vous soyez rassuré il existe une race indestructible, toujours minime, toujours bafouée, je suis fais de cette armure, de cette peau, rassurez vous ils restent de-ci de-là des poètes. Bien sur quelqu'un a dit on ne fait pas de poésie avec des idées mais avec des mots, et je devrais totalement ignorer ces problèmes qui dans l'absolu sont d'ordre secondaire, mais ce que ce proseur a oublié c'est que : sans l'autre je ne suis plus. Qui pour lire les mots du poète, si la machine à éditer favorise des auteurs appartenant au monde populiste (que j'exècre), qui pour lire quoi ? Le populisme c'est de la merde monsieur le curé, de la merde.. Heureusement qu'il y a ce fameux puits sans fond, les auteurs du passé, les musiciens du passé, les conteurs du monde.. Il me faudrait plus d'une vie pour les visiter tous.
Si je ne fais référence qu'à la mondialisation, c'est que les autres problèmes que vous avez évoqués y sont liés d'une manière ou d'une autre, la mondialisation c'est l'économie galopante, non plus au service de l'homme, c'est l'homme qui est à son service. Sans cela nous pourrions être à l'écoute de l'autre, et le monde ne baignerait plus dans cette vaste ambiance d'incompréhension totale , tout passe par l 'amour.
Voyez vous, je porte ma croix, je voyage, je m'informe, je m'essaye à tout pour comprendre chaque point de vue, et des nuits entières je peins, j'écris afin que mon esprit digère toutes ces vues abominables, et Dieu merci il n'y a pas que des vues abominables. Je dis Dieu merci, mais il faut que vous sachiez je n'y crois pas, j'ai bien essayé, d'ailleurs je fus un de vos servants de messe. Je lis tout, le Coran aussi les écrits intertestamentaire de la bible, je trouve tout cela fascinant mais je ne peux y adhérer ( taoïsme plutôt), et quelque part je dois rester neutre pour que mon esprit soit objectif. J'ai bien eu un touché et souvent des impressions que j'apparente à l'angélisme et j'ai foi en quelque chose d'immense, j'ai encore tout ressemant fait les frais de cela une nuit une sorte d'entité supérieur a pris possession de mon esprit, ce n'était pas un rêve ni la réalité, c'était au dessus.. c'était évident. Bien entendu j'ai la foi, mais si vous saviez quelle dose de vin de tabac ou de haschisch il faut user pour que la création puisse se concevoir. A 25 ans je suis lessivé, mon estomac fragilisé (ulcéré) mes intestins c'est de la compote, mes nerfs de la mitraille..
Je vous souhaite un joyeux Noël, à vous et à vos chats. Si vous voulez, faites une petite prière pour moi, voyez si votre seigneur accepte encore de me soutenir disons une quinzaine d'années j'en ai pas encore fini d'écrire sa légende au monde.

Merci

Greg.H



Re: Lettre à un curé de village
dav        
publié le 05 January 2002 16:34 de (62.147.13[...]
 

Grégor Harnikan a écrit:

>apprendre au gens à mieux acheter, mieux s'informer, leur

>crier de jeter leur télévision par la fenêtre etc. Pour

[...]
>Et l'enfant grandit dans un monde de plus en plus

>uniforme, un univers télépensé, si nous laissons

>l'imagination de nos enfants entre les mandibules

>téléguidées des ordinateurs et de toute autre technologie

>castratrice il est très certain que cette imagination ne

>s'en trouve altérée ; alors qui pour repenser le monde ?


C'est la dictature de l'image qui est essentiellement castratrice, l'écrit favorise l'imagination, avant on se construisait ses propres images, maintenant les images sont imposées, la télévision en particulier, mais aussi trop d'images partout qui clignotent => epilepsie. C'est tout l'imaginaire inconscient collectif qui est danger et on manque d'imagination pour trouver des solutions, on manque de créativité aujourd'hui l'imaginaire c'est aujourd'hui du prêt à porter et on en souffre inconsciemment.
L'informatique et le réseau restent des technologies ouvertes où l'on peut sans aucun problème echapper la dictature de l'image, il existe par exemple des navigateurs uniquement textuels (cf http://lynx.browser.org). Celà restent des technologies actives par opposition à la télévision où l'on est passif.

>Bien sur quelqu'un a dit on ne fait pas de poésie avec des

>idées mais avec des mots [...]


La poésie fait feu de tout bois à mon avis, question de sensibilité.

>c'était évident. Bien entendu j'ai la foi, mais si vous

>saviez quelle dose de vin de tabac ou de haschisch il faut

>user pour que la création puisse se concevoir. A 25 ans je

>suis lessivé, mon estomac fragilisé (ulcéré) mes intestins

>c'est de la compote, mes nerfs de la mitraille..


un peu de pudeur voyons :-)