Le crâne ancestral

Forum & Blog collectif

Le forum où l'on parle de tout et de rien, littérature, poésie, musique, photographie, éthnologie, sociologie, politique, science, religion, darwinisme etc.

You are not logged in
Liste - Nouveau sujet - Recherche - - -

NOTRE HISTOIRE

Zozeille 
publié le 05 May 2007 19:50 de 90.13.145.[...]
   

Notre Histoire



Notre histoire comme la vie des écrivains
Fait et refait son or chaque instant
Notre village comme la neige de mai
Garde dans ses entrailles un trésor


Nous sommes les deux frangins crépusculaires
Ôtés aux théâtres des rues marchandes
Nous sommes les deux savants d’un humour ravageur
Doués d’une raison insolite


Et sur nous coule cette pluie de septembre
Que les saints en tout genre laissent couler comme du fil
Posé sur la table et qui se laisse dérouler
Par quelque esprit ingénieux de la ville


Je te raconterai un jour dans un autre langage
Ce que le fruit de grenade en ce jour m’avait inspiré
Je te raconterai comment l’orage
En vouvoyant le cosmonaute avait uni les deux hommes


Et si tu veux je te dirai même si j’étais l’un des deux
Je te dirai même ce qu’était cet amour à deux
Je te dirai aussi l’or callianais de cet adage
Que m’inspira une contrée de folies illuminées


Mais ce que je ne te dirai pas c’est qu’il s’appelait Nicolas
Ce que je ne te dirai pas c’est le parfum de cet amour là
Ce que je ne te dirai jamais c’est combien je l’ai aimé
Et ce que je ne verrai jamais plus ce sont ses yeux d’amande


À moins qu’un jour il ne vienne en retour
De ces lettres que je n’ai cessé de lui écrire
À moins qu’un jour il vienne m’annoncer l’impossible amour
Qui put naître en lui en relisant l’une de mes blessures


À moins qu’un jour parce que les nuages lui apparaîtront
Les même depuis son jardin que depuis le mien
Il vienne avec ces quelques roses qu’on sait cueillir
Voler mes mains et mes poèmes sur les merles en gajure


À moins qu’il me dise en me méprisant du bout du nez
N’apporte rien et laisse moi poser mes lèvres
Au même endroit qu’où sont les tiennes et même aux commissures
À moins qu’il vienne pour me diriger du bout de l’Aisne