Le crâne ancestral

Forum & Blog collectif

Le forum où l'on parle de tout et de rien, littérature, poésie, musique, photographie, éthnologie, sociologie, politique, science, religion, darwinisme etc.

You are not logged in
Liste - Nouveau sujet - Recherche - - -

ABCD

Mirodicolombia 
publié le 06 December 2007 18:57 de 86.213.193[...]
   

A


Petit paradis de quelque chose
Une rose, une tulipe, trois marguerites
Petit endroit miraculeux
Le rideau rouge, avant la scène
Est plié
Hyacinthe caresse le plancher
Les acteurs ne vont pas tarder
À répéter la première scène
C’est l’histoire de deux enfants
Assis sur le bord de la route
Un dimanche de la mi-août
Je vous raconte à peine
Vous verrez bien ce soir
Les filles du spectacle s’agenouiller
Pour leur demander d’où ils viennent
La rose et la toupie à la main
La toupie pour la tulipe
Et la rose pour le petit marmot
Ce soir, venez voir !
Le féminin et le masculin auront cinq ans
La suite ?
À l’ouverture du rideau
Mais payez d’abord ces cinq euros dix
Et l’enfant vous rendra son cadeau !






B


Le la qui sonne a élu son piano
Le pianiste qui tâtonne connaît l’éléphanteau
Mais je vous assure que vous courrez un risque :
Dehors, dans la cour, le vieux journal s’envolera
Mais vous verrez en de multiples exemplaires
Toutes les lettres de l’alphabet du Monde
Monter dans une verticale déchirée
Et alors, dans une piété solide et gaillarde
D’un matin de juillet ou le soleil vous met en garde
Le cerf-volant fera sa chute équivoque depuis la tour
Et mardi sera le miel de vos jours
Dans le pittoresque carnaval de Venise
C’est le rouge écarlate qui s’invitera à votre table
Et la Tamise que vous verrez déborder







C


Soldat ! Sers donc le deuxième verre !
Mon ami et moi sommes repus mais
Pas encore abreuvés de suffisamment d’alcool
Pour vérifier que la philosophie est bien l’art des philosophes
Mais ensuite tu seras fier : car
Nous sommes célèbres quelque part
Fais-en ta croyance, nous ne sommes que des passants
Et avons soif !






D


C’est chaque dimanche que tu transparais
Flore et liane mortifère, je t’oublie et, eh !
Le bonheur alors, salue la chaume qui ne t’invite pas
Ici, chaque jour, nous fêtons ton absence
Quelle joie ! Les tombaux vivants ont trouvé
Leur amant !