Le crâne ancestral

Forum & Blog collectif

Le forum où l'on parle de tout et de rien, littérature, poésie, musique, photographie, éthnologie, sociologie, politique, science, religion, darwinisme etc.

You are not logged in
Liste - Nouveau sujet - Recherche - - -

Mes textes

Poséidon 
publié le 23 August 2008 22:38 de 81.50.204.[...]
   

Après tout ce temps passé entre matière et antimatière, lumière et ténèbres, encres et musiques, je voulais simplement dire quelque chose de mes textes publiés sur lipsheim.org… « Dingue », « On vous connaît », « Vos désirs ne sont pas vos propres désirs » sont des performances, écrites dans une espace-temps-thématique défini. Les poèmes sont une matière, un moyen de mettre un seul mot en évidence parfois, une virgule, une lettre, un nom. Je me suis parfois senti comme le travailleur de la mine qui sans cesse, piolet et marteau en mains, doit remplir les chariots de charbon. Et c’est peut-être cela que j’ai donné par mes poèmes : du charbon, pas de l’or. Un combustible, quelque chose pour ceux qui feront de l’or, mais en aucun cas une finalité. Je ne pense même pas avoir écrit de poèmes, j’ai prononcé des idées, proposé des syntaxes, et joué des musiques parfois discordantes, mais toujours, ou souvent, dans un esprit de performance, comme s’il y avait quelque chose à saisir, un instant à trouver, une étoile à faire briller. J’ai espéré que des lecteurs attentifs puissent trouver un cheminement, un fil ou des petits cailloux qui mènent quelque part, là où, personnellement, j’ai fini par me retrouver : j’ai voulu les étoiles, le moyen était l’écriture, et le partage dans sa diffusion. La poésie connaît toutes les littératures, tous les arts, toutes les musiques. La poésie connaît les dieux, la poésie peut être colère, confusion, amitié, inimitié. La poésie connaît l’histoire, elle connaît la philosophie, l’impossible, les petits tout, elle connaît le monde, et sait le faire partager à qui voudra bien passer ceux qui sont parfois les enfers pour gagner ses chemins de connaissance et de liberté, d’infinis, de rêves éveillés...


Romain HENTZY.