Le crâne ancestral

Forum & Blog collectif

Le forum où l'on parle de tout et de rien, littérature, poésie, musique, photographie, éthnologie, sociologie, politique, science, religion, darwinisme etc.

You are not logged in
Liste - Nouveau sujet - Recherche - - -

Le Carnet Vosgien

Charlie 
publié le 28 April 2009 16:44 de 90.26.243.[...]
   

Sur le chemin


Au petit matin comme des sentiers
Que la brume a pressenti
Les passages philosophiques
Ont eu le sein du sable d’Afrique

Et, petite étoile la fleur de pissenlit
Promet le breuvage coutumier

À nos deux cœurs apprivoisés.

Compostelle, ici fait son passage
Et une coquille,
Connaît le marécage,

À bientôt les grenouilles
Dans ce village trop exploité,

À la Terre manque la jachère,
Au ruisseau manquent

Farios, Arcs-en-ciel, mais sauvages.








Cliché


Le ruisseau est un paradis
J’y photographie la pierre lisse
Que l’eau miraculeuse assagit
Dans la forêt qu’enfin je garde.

























Mémoire


La Résistance
La Poésie
Et « miraculeusement »
La fuite des ennemis.

























Mon hôtel


Si mon hôtel vous plaît
Si la présence des livres
Dans la cahute jolie
Vous sied
Si au parfum du cerisier
Vos papilles s’éveillent
Vos rêves s’émerveillent,

Alors, j’en doute peu,
Vous prendrez le temps
Hôtes et hôtesses
De savourer le paysage,

Assis, assises, sur les chaises
De concert

Qu’une artiste autrefois
Choisit et emprunta
Pour un chant étranger,

Et plus doux qu’autrefois.








Sur la route


La danse nous emporte
Les couleurs sont inscrites
Reine des tarentules
C’est la calèche qu’on emporte.

























Le dandy


Je vous dis
Que mardi
C’est le jour
Des radis
Je vous dis
Disait un dandy
D’éplucher
De couper
De croquer

Elle a mangé un radis
Mais jeté l’autre

À la figure du peuplier.















Chant près du feu


Rien n’avait été organisé
Mais au lieu-dit
Là-bas près de Xertigny
Un oiseau de rare augure
A chanté pour un gueux
La mélodie des amoureux.























Poème


Tellement on s’aime
Le vent s’est fait soie
Et la pluie comptine.

























Panetier


J’ai touché à l’olivier
J’ai acheté des olives
J’ai rendu la monnaie
Mais tu ne m’as jamais
Payé le pain levé,
Cuit,
Tempéré
Que pourtant je venais te vendre.





















Soleil !


Soleil !
Un soldat m’a volé mon savoir
Cette patrie m’a pillé,
Celle que j’aime a la générosité
D’un cerisier pour les mésanges.
























L’enterrement du pendule


Le temps est revenu
Mais il était noir et blanc
Et c’est le pendule que j’ai reçu
Avec un cornouiller de premier rang.

























Poème n°12


Si tu savais.




























Le partage et la faim


Les parts de tarte à la mirabelle
Sont ici minuscules
Et là-bas généreuses

Mais jamais je ne jugerai
Pour autant pour cela
Du nombre de convives

Et ici et là-bas

(J’ai juste un peu souffert,
Un jour
Et puis trois,
Une nuit,
Une vie
De vivre affamé – Parmi les vivres _













Dernier poème, nous étions au soir du dimanche 26 avril 2009


« Reste avec nous ! »

OK je reste,

Heureux de vous
Entendre

Mais j’avais la nostalgie
Du travail en Italie.



Re: Le Carnet Vosgien
Charlie        
publié le 02 July 2009 20:08 de 90.33.176.[...]
 

http://www.deezer.com/track/1042314