Cimetière Ouest

Les soirées littéraires - l'exumation

-= RS [ E-Zine | RS-Rencontres | Cimetière Ouest | Actu CO | Iceberg ] RS =-

oakwood.jpg (14K)
-==[ dogmes/archives | liste | publier | chercher ]==-
[ autres sections : textes | poesie | musique | photo | forum ]

[ 41 - la coupe amère - 29 Novembre 2002

david : [ [ 41 - la coupe amère - 29 Novembre 2002 ] posté le 01/11/2002 20:28

41ème soirée littéraire...
Un thème de Dan !

co41-la-coupe-amer-web.gif
Ajouter une réponse
Oll : [ Re: [ 41 - la coupe amère - 29 Novembre 2002 ] posté le 29/11/2002 17:55

Ca y'est, on y est, c'est le grand soir de la SL du CO41.
Bravo Greg H pour ta préface à ce 41 ème chapitre qui va s'ouvrir ce soir...
...A tout de suite !!!

dav : [ Re: [ 41 - la coupe amère - 29 Novembre 2002 ] posté le 15/12/2002 22:27

résumé de gregh.

C’était vaste non ?
Il faut dire que nous fûmes rarement aussi nombreux, avouons
aussi que l’éventail est savoureux. Nous ne nous sommes pas
réfugiés dans la tanière de Dan mais bien dans ce bon vieux
Cimetière Ouest, Yves ayant pu se libérer de ses contraintes
familiales (Merci à Anna et Emilie), Yves a donc laissé un peu
ses Lego et nous a ouvert les portes de l’antre. La Buvette
fut très longue et se transforma en débats sur la
restructuration des soirées : La place du hasard, la
réhabilitation du trône, un président de séance pour
objectiver les débats. La buvette c’était aussi les petits
gâteaux d’Odile, alors merci pour les douceurs.
La séance : C’est quoi ce mois, fut tout aussi longue.
Guillaume de Suisse (grand réformateur de soirée s’il en
fut !) Nous raconta son expérience Musulmane, son intégration
sympathique à ce milieu semble l’avoir bien bousculé : étude
du Coran, Le jeûne Ramadantesque, l’échange de bons procédés
aussi… Dan quant à lui nous a interprété un morceau à la
guitare de J.L.Murat, Dav nous a parlé de Lynch, Brice nous a
lu un Manifeste des Mutants DÉCAPANT, Greg.H a lu du Rilke,
nous à passé un morceau de Rimbaud déclamé sous orchestre par
le Maître Amy. Greg.H nous à parler de deux émissions
télévisées : Tout le monde en parle (si, si !) et c’est
impensable Ardisson qui cuisine Renaud Camus (c’est le monde à
l’envers, c’est normal qu’on en parle !) Ainsi que de Culture
et dépendances bimensuel présenté par Franz-Olivier Giesbert
le sujet : Télé-culture, un curieux mélange : J-J Aillagon
(étonnant ministre), Pierre Bénichou, Christian Combaze (très
en verve) – la compagnie des ombres 1985, Bal dans la maison
des pendus en 1991 etc. – et Bashung (le naturel incarné), une
émission entre révolte et compassion.
D’autre part étaient présents Bénédicte et son piano, Oll et
ses flyers du Cobus (Turbo Love),Jérôme l’infatigable.., Flore
qui nous a préparé un excellent Cake au saumon (c’était ça où
une coupe Amère), Sandy et son P.C.P. Ce n’est pas tout non !
Il y avait aussi Guillaume de Mutzig qui nous a raconté son
hasardeuse rencontre avec Michel Blanc (si,si !)Dans un bar
d’Obernai ils ont même bu une bière ensemble (disons à une
table entre son imprésario et ses gardes du corps). Et pour
finir, Guillaume de Suisse nous a interprété un autre morceau
de la Servante D’olivier Py (magnifique). La coupe amère fut
développée deci-delà, un texte surréaliste de Dav qui parle de
miel et de nomade, une retranse-fiction sur papier d’un
enregistrement Grégachien (ivre), une fine déambulation. Le
tout c’est achevé à 3h30, à 6h00 pour les plus intrépides.

Brice Mutagène : [ Re: [ 41 - la coupe amère - 29 Novembre 2002 - Mutation ] posté le 19/07/2003 02:47



Puisque certains me les ont réclamés, voici les textes mutants lus ce soir de Coupe Amère (pour l'humain).




MANIFESTE DES MUTANTS


Pour 2001, nos parents rêvaient d’une odyssée de l’espace où des ordinateurs intelligents regardent leurs ancêtres australopithèques en clignant de l’œil. Au lieu de cela, on nous enferme chaque jour davantage dans la gestion ennuyeuse de la planète. Le principe de précaution se métastase à l’infini et gangrène les esprits : toujours plus de confort et toujours moins de risque, toujours plus de sécurité et toujours moins d’audace. On ne crée rien, on ne transforme rien, on conserve tout. Bref : on étouffe.


Pas d’idées, pas de projets, pas d’horizon. En terme évolutif, cela signifie : pas de mutation ni de variation, donc plus de sélection ni d’évolution. Le principe est simple : ce qui se reproduit sans se modifier ne peut pas s’adapter et finit par disparaître. La diversité, c’est la vie ; l’uniformité, c’est la mort. Vous avez envie de finir votre existence dans la peau d’un fossile vivant en train de regarder bouche bée un astéroïde cogner la planète bleue ? Pas nous !


Nous sommes différents. Nous sommes les premiers mutants.


Nous aimons vivre. Evoluer encore et toujours, plus vite et plus loin. Nous voulons devenir l’origine du futur. Changer la vie, au sens propre et non plus au sens figuré : créer des espèces nouvelles, adopter les clones humains, sélectionner nos gamètes, sculpter le corps et l’esprit, apprivoiser nos germes, dévorer des festins transgéniques, faire don de nos cellules-souches, voir les infrarouges, écouter les ultrasons, sentir les phéromones, cultiver nos gènes, remplacer nos neurones, faire l’amour dans l’espace, débattre avec des robots, tester des états cérébraux modifiés, faire des projets avec notre cerveau reptilien, pratiquer des clonages diversifiants vers l’infini, ajouter de nouveaux sens, vivre vingt ans ou deux siècles, habiter la Lune, terraformer Mars, tutoyer les galaxies. Nous portons en nous le plus civilisé et le plus sauvage, le plus raffiné et le plus barbare, le plus complexe et le plus simple, le plus rationnel et le plus passionné. Tout s’est réuni un matin clair et la mortelle tiédeur des temps passés n’est plus qu’un mauvais souvenir.


Nous sommes les agents secrets de la vie. Elle-même ne le sait pas encore.


Petits-fils de Darwin en colère, nous revendiquons pour les nôtres le principe d’imprécaution. Et pour cause : le principe d’imprécaution mène le monde depuis ses origines. Qui ne tente rien n’a rien : l’évolution l’a compris voici 3,5 milliards d’années, le primate humain depuis 15 petites décennies. Il serait temps de combler le retard.


Avons-nous le choix ? Certains y croient et souhaitent en revenir à ce bon vieux temps qu’ils n’ont jamais connu : tant mieux pour eux ! Nous n’avons ni haine ni mépris. Nous aimons la variété, même celle des espèces humaines à venir. A un carrefour, chacun doit choisir sa direction : nos ancêtres en ont fait ainsi, nous continuons leur geste. Après tout, le dernier saut évolutif qui nous a séparés de nos presque-frères les singes n’a pas si mal réussi aux uns comme aux autres. Maintenant que cette histoire est finie, nous souhaitons tout simplement en commencer une autre. En toute liberté. En toute innocence.


Au loin brillent les étoiles, qui nous attendent depuis le commencement de l’univers. Il est minuit, Dr Faust.


Nous évoluerons. Et personne ne nous en empêchera.




DÉCLARATION DES DROITS DU MUTANT


Considérant que l'évolution par sélection naturelle et artificielle guide le destin du monde vivant depuis ses origines ;


Considérant qu'il a existé une pluralité d'espèces humaines dans le passé et que l'Homo sapiens est une étape transitoire de l'évolution ;


Considérant que l'homme se distingue du règne animal par l'étendue de ses facultés cognitives et par la liberté d’en faire usage selon sa conscience ;


Considérant qu'aucune autorité religieuse, morale, politique, économique ou scientifique ne peut contraindre l’homme à abdiquer de sa liberté de pensée et d'action ;


Considérant que le développement de l'espèce humaine ne correspond plus aux règles optimales de l'adaptation évolutive ;


Considérant que l'être humain actuel n'est ni un sujet ni un objet, mais un projet;


Les mutants reconnaissent la présente déclaration comme la charte fondamentale de leurs droits présents et à venir.


Article 1er ­ Tout mutant naît libre et différent.


Article 2 ­ Tout mutant a droit à la liberté d'opinion, d'expression, d'association, de réunion, de circulation. Ces droits sont attachés à la volonté de vivre, et non pas seulement à la conscience ou à la raison qui en sont des manifestations secondaires.


Article 3 ­ Tout mutant a droit à la spéciation, qui est une conséquence naturelle de l’usage de sa liberté.


Article 4 - Tout mutant a le droit de disposer librement de son corps et de ses composants fondamentaux : nucléotides, gènes, protéines, cellules, tissus, organes, membres, organisme entier.


Article 5 ­ Tout mutant a le droit d'exercer la totalité des facultés perceptives, émotives et cognitives de son cerveau. Ce droit inclut toutes les expériences susceptibles de diversifier ses états de conscience.


Article 6 ­ Tout mutant a le droit de modifier son phénotype et son génotype. Nul ne peut être contraint à se modifier s’il n'y a consenti.


Article 7 ­ Tout mutant a le droit d'orienter sa lignée germinale dans une direction qu’il juge bonne pour les générations futures.


Article 8 ­ Tout mutant a le droit de choisir son mode de reproduction, y compris le clonage. Le clone dispose des mêmes droits fondamentaux que le mutant.


Article 9 ­ Tout mutant a le droit de reconnaître et de défendre comme frères les êtres vivants ou artificiels formant sa communauté évolutive.


Article 10 ­ Nul ne peut être contraint à reconnaître et à défendre comme frères les êtres vivants ou artificiels vis-à-vis desquels il ne ressent aucune affinité.


Article 11 ­ Nul ne peut être contraint à respecter une définition de sa nature, de sa conscience ou de sa dignité qui ne correspond pas à son jugement ni à son intuition.


Article 12 ­ Aucun mutant ne peut exercer de violence à l’encontre des êtres humains, sauf s'il y est contraint pour défendre son existence ou celle de ses descendants.


Article 13 ­ Nul n'est tenu de respecter l’autorité religieuse, morale, politique, économique ou scientifique qui nie les droits énoncés dans la présente Déclaration.




MUTATION, MODE D'EMPLOI


Comme son nom l’indique, un Manifeste a pour but de rendre évident un phénomène qui lui préexiste. Voici le mode d’emploi de la mutation.


1. Ce texte n’est pas seulement un texte : c’est un réseau de neurones né dans un cerveau humain et provisoirement incarné dans des mots.


2. En le lisant, votre propre cerveau a légèrement modifié ses connexions électriques et chimiques. Si le texte vous a enthousiasmé ou révulsé, les modifications concernent même des zones émotionnelles un peu plus profondes.


3. En d’autres termes, votre cerveau a déjà muté. Parvenues à une taille critique, ces mutations mentales entraîneront un jour une mutation réelle (c’est-à-dire un acte en vue d’organiser une mutation biotechnique).


4. Que vous le vouliez ou non, ce texte est partie intégrante de votre esprit. Dès lors, vous avez trois choix : l’oublier, le garder pour vous, le répandre. Ne croyez surtout pas que vous pouvez combattre directement ce texte, par exemple en mettant en garde autour de vous : cela revient en effet à le répandre, c’est-à-dire à augmenter la probabilité de la mutation.


5. Si vous êtes vous-même un mutant, le texte a percuté une connexion neuronale équivalente, déjà présente en vous. Vous éprouvez le désir de le répandre. Ce besoin de réplication est le principe même de la vie, le plus ancien, le plus puissant.


6. Pour cela, la procédure est très simple : il vous suffit de faire un copier-coller et d’envoyer le manifeste à qui bon vous semble. En quelques jours, il fera ainsi le tour du monde et touchera des millions d’esprits. Bien plus rapidement qu’une mutation génétique avantageuse profite à une population dans des conditions naturelles (c’est notre avantage sur l’évolution).


7. Il est fortement conseillé de modifier le texte à votre gré, voire de le transformer en son ou en image. Vous êtes en effet le meilleur juge de sa capacité de pénétration des esprits de votre entourage : telle phrase inutile sera supprimée, telle autre ajoutée. L’essentiel est de préserver l’idée nucléaire : nous allons muter pour évoluer. Les mots qui entourent cette idée ne sont que des récepteurs de surface, destinés à s’accrocher aux neurones, à révéler la mutation.


8. Le texte lui-même est donc une mutation permanente. Il est d’ailleurs très probable que le version dont vous venez de prendre connaissance ne soit pas sa version originale : cela importe peu. Les modifications que vous lui apporterez formeront votre contribution personnelle à la mutation.


9. Dans peu de temps, vous verrez émerger des semblables. Alors se décideront souverainement les dix prochains siècles.




NOTE SUR L'ANONYMAT DES MUTANTS


Certains lecteurs se sont émus de l’anonymat des Mutants, par aimable curiosité (" Qui êtes-vous donc ? ") ou par vilain réflexe (" D’où tu parles ? ").


Notre anonymat mérite une petite explication. La motivation n’est pas la peur d’une mauvaise réputation : il nous aurait suffi de choisir des pseudonymes, tout en préservant la réalité de nos diplômes ou de nos fonctions en guise de légitimité sociale.


L’absence de signature répond à trois principes.


Principe de différence - Dans un monde toujours plus transparent et fluide, l’anonymat impose une part de secret et de résistance. Il attire donc l’attention en mettant l’esprit en éveil, au cœur même de la surabondance des informations signées.


Principe de vigilance - Un texte non signé inspire une légitime méfiance aux primates sociaux et langagiers, habitués à mettre des visages ou des noms sur les mots. Il oblige donc le lecteur à user de son esprit critique, ce qui paraît fort sain.


Principe de pertinence - Les énoncés des Mutants recourent à la seule argumentation rationnelle, précisément référencée quand cela est nécessaire. Accord et désaccord peuvent donc s’exprimer sur le fond, c’est-à-dire sur l’adéquation du discours et de la réalité.


Le texte le plus influent de l’histoire humaine (la Bible) était anonyme. Il en ira de même pour ceux de l’évolution post-humaine.


Le Conseil Nocturne




POUR EN SAVOIR PLUS OU TROP


http://www.ifrance.com/mutation

Ajouter une réponse


www.lipsheim.¤rg