Le crâne ancestral

Forum & Blog collectif

Le forum où l'on parle de tout et de rien, littérature, poésie, musique, photographie, éthnologie, sociologie, politique, science, religion, darwinisme etc.

You are not logged in
Liste - Nouveau sujet - Recherche - - -

Main levée

Romain HENTZY 
publié le 04 May 2010 16:13 de 92.141.177[...]
   

Salut les marées qui montaient dans un ciel de coton
Salut les anges christiques venus sur les haubans bleus
Salut les fièvres mélancoliques les jours de vives oraisons
Salut vous les solistes parfaits d’un vol lent et pieux

Salut les vagues d’Atlantique que je voyais depuis elle
Salut Méditerranée d’un théorème jamais écrit jamais
Salut les ogres des légendes qu’on massacrait à la pelle
Salut les petites candeurs de l’enfance que le rire admettait

Salut ô vous les machines fidèles des artisans systématiques
Salut les goélands de métropole qu’une infidèle voulait tuer
Salut rhéteurs muets qui façonniez vos impossibles musiques
Salut les cadeaux sans merci dont les papiers étaient pelés

Salut les cadres imaginés pour des peintures jamais écrites
Salut les fifres absents pour les soldats de toutes les guerres
Salut ô vous les clowns blessés par les assauts des stalactites
Salut mon Ange que tous les Temps modelaient en prière

Salut le gout du vin et les soleils de l’aube tatoués de roses
Salut ancêtre capricorne qu’aucune augure n’a plié aux caresses
Salut soldat aride que les chevaux gardaient pour quelque chose
Salut indien taciturne menant la barque sur les paisibles prouesses

Salut petite tornade qu’avait couverte sa mère d’une jonquille
Salut chrétien dans la lumière muet aux choses que je lui écrivais
Salut ô toi la diablesse qui me faisais quitter le temps des jolies filles
Salut moqueur cynique que les piverts par leur long bec ont rendu laid

Salut petite furie des magies nocturnes que poursuivaient les Lettres
Salut à toi fragile singe venu des eaux calmes sourire à la Lune
Salut petite femme insomniaque partie chercher un autre spectre
Salut à toi qui ne venais jamais quand l’ombre gagnait Neptune

Salut à vous marcheurs innocents dont l’image était muette
Salut à vous petits marchands dont le sourire reste un mystère
Salut à toi venue prétendre sur la cité tes talents de starlette
Salut à toi fantôme d’Italie qui songe un moment sur une pierre

Salut ô vous les crépuscules que lorgnaient sans peine mes blessures
Salut ô vous les pluies des saisons qui connaissiez mon verbe
Salut ô toi petite canine qui me fit inventer les rimes et les augures
Et Salut à vous petits lucioles violets magiques qui dormiez dans l’herbe…