Le crâne ancestral

Forum & Blog collectif

Le forum où l'on parle de tout et de rien, littérature, poésie, musique, photographie, éthnologie, sociologie, politique, science, religion, darwinisme etc.

You are not logged in
Liste - Nouveau sujet - Recherche - - -

Rosa rosam...

Romain 
publié le 31 October 2010 14:42 de 90.26.114.[...]
   

Rosa rosam…

Quand elles ont avec majesté montré leur rougeur au ciel
Quand elles ont souffert avec ceux qui risquaient leur vie
Quand on a continué le combat en pensant à elles
Et qu’elles nous fredonnaient les accents de Lady Majesty

Quand au petit jour elles rappelaient l’amour de la veille
Quand à la nuit tombée on les voyait noires comme du charbon
Quand en pointant leurs épines elles défendaient une abeille
On aurait dit qu’elles étaient éternelles les fleurs de la passion

Quand avec leurs épines elles tendaient leur fragilité à mon cœur
Quand au lieu de les cueillir j’attendais qu’elles perdent leurs feuilles
Quand avec un peu de zèle leur tendresse nous faisait adoubeurs
Je les aurais bien enlacées les fleurs de nos petits écueils

Quand avec les filles nous amusions leurs infimes ou petites rides
Quand aux petites lueurs elles étaient les astres des fidélités sincères
Quand à l’heure d’ébène me crucifiait un spectacle glacial ou torride
Elles avaient toujours un poème inscrit dans leurs pétales légendaires

Quand au lieu de mourir nous partîmes aux rimes passagères
Quand à Paris les poètes sortaient des tavernes mythiques
Quand en lisant Prévert elles m’invitaient chez Baudelaire
Et qu’à mon tour je les nommais « déesses magnifiques »

Quand au soir venu nous fûmes au regret de voir le temps passé
Où étaient-elles où étaient-elles les étoiles fixes de nos pensées ?
Quand au rouge et au blanc leur robe semblait s’effacer
Ont-elles conquis d’autres cieux ont-elles conquis d’autres vallées ?

Nous les roses m’ont-elles dit nous aimons la prose et embrassons les poètes
Nous les roses m’ont-elles dit nous sommes l’éternité offerte aux martyrs
Nous les roses m’ont-elle dit nous avons en mémoire cher esthète
L’immortelle vie qu’avaient naguère les hommes et leurs pleurs et leurs rires

Nous les roses m’ont-elles dit nous savons la haute île
Aux caresses idylliques aux prénoms andalous et aux chevaux mystiques
Nous les roses m’ont-elles dit nous sommes fleurs de patience ou d’exil
Nous les roses m’ont-elles dit c’est du soleil de ton cœur que nous vient la musique

A nous les roses au jardin estival reviennent les colombes et les hirondelles
A nous les roses en chantant sur les berges reviennent Tabarly et même Slocum
A nous les roses reviennent la paix et l’aurore qu’on voudrait éternelles
A nous les roses apparaissent enfin le chagrin et la fatigue que cachait cet homme…